Agence de Voyage

Tél: +41 22 365 15 65Facebook

Udaipur….

Cette fois nous vous emmènerons au pays des Sikhs et leurs turbans éclatants, vers la frontière Pakistanaise, dans une ancienne Capitale du Raj sur le flanc des Himalaya, au royaume des Rajahs, fiers et colorés dans leurs forts et leurs palais du désert.

Bienvenue à Amritsar, au Pays des 5 Rivières

C’ est un choc émotionnel certain qui attend le voyageur au Temple d’Or… Au milieu de la vieille ville, une zone piétonne aux maisons de charme envahie de pèlerins, de groupes de femmes chamarrées, de Sikhs dignes et nobles sous leurs turbans permet d’accéder au Temple d’Or. Là, on se laisse emporter par le flot débonnaire de la foule, autour d’un bassin où se reflète le pavillon d’Or. Les images inoubliables de bains rituels, de saris à  contre-jour, des mélopées et des encens envahissant se succèdent à un rythme étourdissant. Et il ne faut pas manquer le réfectoire nourrissant chaque jour quarante mille dévots, ni une visite de nuit où tout prend une forme plus féerique encore…

Nanda & Olivier, 20 novembre 2017

 

De Chandigarh, ville imaginée par Le Corbusier, à Shimla, ancienne capitale du Raj Embarquez à bord du Himalayan Queen

En 103 tunnels et d‘innombrables virages ce sympathique tortillard permet de passer de la plaine indienne au flanc sud de l’Himalaya à plus de 2200m. Sur le « Mall », zone piétonnière, on se retrouve plongé dans le passé colonial, passant d’antiques palais de maharadjas, des bâtiments anglais de pierre sombre, des échoppes indiennes débordant d’étoffes bigarrés, des bazars à l’animation indescriptible. Devant la « Christ Church », la vue porte au loin sur les neiges éternelles de l’Himalaya et sur la plaine indienne d’où monte, le soir, une brune donnant des éclats de rubis au coucher de soleil. Une grande nostalgie des temps passés envahit alors le voyageur le plus blasé…

Nanda & Olivier 22 novembre

 

Depuis Bikaner : « Camel Bazaar »

Sur les marches du Désert du Thar, proche de la frontière pakistanaise, entourée d’une plaine aride vibrant sous le soleil, Bikaner reste une révélation, un bijou encore peu couru des touristes. Pourtant, on y découvre un Fort rajpoute vieux de plusieurs siècles où le souvenir des fiers maharadjas reste vivant, sur les miniatures finement gravées mais également dans l’âme de la foule. L’architecture, sophistiquée et brillante, révèle des balcons délicatement ciselés dans la pierre, des fresques merveilleuses, des ouvertures sur les bastions et la ville d’où s’élève un tumulte incessant. C’est au marché, sous le porche de pierre menant à la vieille cité, qu’on mesure l’ampleur de la confusion de la vie indienne : imbrication de vaches, d’étals de fruits, de dromadaires placides, de villageoises en habits flamboyants, de motos rugissantes, d’échoppes colorées. Une expérience à faire chavirer l’esprit mais inoubliable.

Nanda & Olivier, 27 novembre 2017

 

Depuis Jaisalmer, la Cité dorée, la Perle du Désert

Il faut de la persévérance pour atteindre cette forteresse hors du temps, de grès doré, surgissant du désert du Thar. On passe d’infinies plaines arides couvertes d’épineux, peu habitées sauf par quelques vaches et dromadaires. Mais, après des heures de route, la récompense est éblouissante : des ruelles moyenâgeuses bordées de demeures à la façade finement ciselée dans l’argile, des temples couverts de sculptures fascinantes comme surgis d’un passé oublié, une chaude ambiance près des cénotaphes à la tombée du jour. Jaisalmer n’a pas encore succombé à l’agitation des temps présents. Ici. on peut encore méditer des heures sur les ghâts ou sur les remparts, le regard perdu sur l’horizon.

Nanda & Olivier, 3 décembre

 

Des forts et les des temples au pays des Rajas

Les paysages du Rajasthan peuvent parfois s’avérer désolés mais, régulièrement, le voyageur découvre soudain un roc, une falaise surgissant de la plaine fade. Là, un seigneur local a érigé un fort, une enceinte, un mur imprenable renfermant les fantômes des événements glorieux ou terrifiants qui ont façonné l’histoire de cette contrée captivante. À Jodhpur, le palais, tout de pierre ciselée en fine dentelle, résonne encore des rires s’échappant du zénana, tandis que la vie explose dans la ville bleue qui s’étend à ses pieds : langurs sautant sur les toits, fêtes de mariage somptueuses et tonitruantes, marchés colorés mélangeant vaches, paysannes en sari, chèvres et étals de fruits odorants. Partout, le sacré est imbriqué dans la vie de la ville, petits autels bardés de rouge au coin d’une rue, alors que des temples majestueux restent cachés dans le calme d’une vallée des Aravalli comme à Ranakpur. Kumbalgarh coiffe des collines sauvages ; le long rempart, enserrant les ruines de temples et un palais sorti d’un songe extravagant, fait penser à la Grande Muraille. Chittorgarh est un autre rocher sortant de la brume, ensemble incroyable de bassins d’eau, de forêts sauvages, de palais, de temples d’une splendeur éblouissante, de tours finement décorées où les singes ont élu domicile. Ici, des villageois se sont installés dans un recoin du plateau et un haveli accueillant permet de profiter du site lorsque les touristes sont repartis. Une magie infinie emplit alors l’air du soir lorsque les troupeaux reviennent au village.

Nanda & Olivier, 7 décembre

 

Le Rajasthan nostalgique : Palais de Maharajas, villages et tortillards …

Le Rajasthan est une terre merveilleuse où, partout, on découvre ces images inoubliables révélées par les explorateurs des temps passés. Il suffit de s’arrêter dans n’importe quel village pour se trouver au centre d’une foule amicale et colorée, sarabande des saris, des turbans flamboyants, des sourires d’enfants. Les femmes, le visage protégé par de fines soieries, reviennent du puits, une cruche argentée en équilibre sur la tête. Les petites villes sont le siège de marchés palpitants d’une énergie effarante, tableaux mémorables toujours changeants. Et à l’escale, dans de petits royaumes au nom chantant, on vit littéralement la vie de Maharadja dans un palais surgissant, comme un rêve, sur une colline dans les brumes du soir. De petites lignes de train permettent de vivre au rythme indien, lent et fenêtres ouvertes, le temps d’un trajet dans l’étendue du désert ou pour franchir la jungle peuplée de langurs des Monts Aravalli.

Nanda & Olivier, 12 décembre

 

Depuis Udaipur, la Cité des Lacs et de l’amour …. Point d’orgue à tout voyage au Rajasthan, le séjour dans un « haveli » ou un palais au bord d’un lac à Udaipur, à Dungarpur, restera comme sublime souvenir. Les collines environnantes, la douceur des couleurs, le chatoiement des eaux, la beauté des palais, des temples et des forts forment un tableau d’un romantisme exceptionnel. Et la contrée offre bien d’autres escapades dans des campagnes heureuses parsemées de petits lacs, de temples, de plus de palais, toutes images mémorables…

Nanda & Olivier, 17 décembre